la démarche ça saône

Il est temps de « saôner » l’alerte !

480 kilomètres, 3 régions et 6 départements traversés : la Saône est la plus grande rivière de France par la superficie de son bassin : 29 500 km², majoritairement agricoles. On retrouve dans le Val de Saône des dizaines d’espèces animales et végétales protégées et de nombreux acteurs s’attachent à préserver cet écosystème. En témoigne une espèce d’oiseau emblématique des prairies : le Courlis cendré dont la moitié de la population française se reproduit au sein des prairies inondables du Val de Saône.

Ces vastes prairies inondables sont également garantes d’un approvisionnement en eau potable en quantité et en qualité et concernent l’alimentation de plus d’1 million de personnes en eau potable ! Sur ce territoire, 58 zones sont identifiées comme ressource stratégique car, exploitées ou pas, elles contiennent en sous-sol une eau de qualité et en quantité suffisante en cas de besoin pour les générations futures.

La Saône est jalonnée par une vingtaine d’ouvrages de régulation, qui permettent d’assurer la hauteur d’eau nécessaire pour la navigation en toute saison pour les bateaux de commerce et de tourisme. Cette régulation favorise également l’irrigation des terres agricoles, le fonctionnement des centrales hydroélectriques ou encore la pratique des sports nautiques. Sans ces ouvrages, lors des périodes d’étiage (plus basses eaux), la Saône pourrait par endroits être traversée à pied… Ils n’ont en revanche aucune fonction de lutte contre les crues.

Côté pêche, 18 pêcheries professionnelles alimentent les marchés et les restaurants des bords de Saône en étant ainsi directement tributaires de la bonne santé de la rivière et de ses poissons. Côté tourisme, ce sont des milliers de pêcheurs, de riverains ou de vélos qui parcourent la Saône d’une rive à l’autre. Ce besoin de plus en plus fort de profiter des vertus apaisantes de la Saône se retrouve autour d’un projet d’envergure : la liaison Saône-Moselle qui permet de rejoindre le Luxembourg à Lyon en longeant la quasi-totalité des 480 km de Saône !

Mais comme partout ailleurs, le changement climatique impacte de plus en plus le Val de Saône. En juillet 2021 le Chalonnais et la Bresse se sont retrouvés les pieds dans l’eau, donnant lieu à l’évacuation de 500 festivaliers de “Chalon dans la rue”. De façon plus dramatique encore, sur le plan économique, ce sont plusieurs milliers d’hectares agricoles qui ont été inondés, impliquant un tribut particulièrement lourd pour le principal secteur d’activité de la vallée. Les crues de la Saône sont fréquentes et connues, mais pas l’été : la dernière crue estivale de la Saône remontait à 1882 !

Ces épisodes, souvent liés à des épisodes pluvieux intenses qui se multiplient, se combinent avec des périodes de canicule et de sécheresse de plus en plus prononcées, qui ont un impact direct sur les cultures mais également sur le tissu urbain. Imaginez qu’en 2020, les sinistres générés par les sécheresses ont représenté près de trois quarts de la charge supportée par le réassureur public français pour l’habitat : 775 millions d’euros.

Alors oui : ÇA SAÔNE !

Le constat majeur sur lequel il nous faut travailler ensemble, c’est celui d’une interdépendance entre les acteurs venus d’horizons divers autant que complémentaires : mondes ruraux et urbains, secteurs agricoles, industriels et touristiques, enjeux économiques et nécessités environnementales. Plus que jamais se fait sentir l’importance d’une vision territoriale partagée par les responsables politiques pour concilier les enjeux et reconnaître la place à part entière des acteurs concernés.

Au sein du Comité de rivière de la Saône, nous sommes des centaines à travailler sur ces différents sujets chaque année : EPTB Saône & Doubs, agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, services de l’État, directions de l’environnement des régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est, Départements, EPCI, syndicats d’eau potable, de rivières ou de digues, Voies Navigables de France, Chambres d’agriculture, pêcheurs, acteurs du tourisme et de la culture, associations de préservation de l’environnement… Des dizaines de millions d’euros sont investis pour garantir la résilience de notre territoire. Mais aujourd’hui, nous avons besoin de vous !

Vous : acteurs politiques, économiques et citoyens ! Vous qui connaissez chaque parcelle de votre territoire. Vous qui vivez et travaillez dans le Val de Saône et observez l’impact du changement climatique. Vous qui pouvez porter des projets locaux, chacun à votre échelle, afin qu’ensemble, nous puissions initier un projet politique à 15-20 ans de l’aménagement de la vallée de la Saône et nous coordonner pour protéger et développer notre espace de vie.

C’EST POURQUOI NOUS LANÇONS CET APPEL : ÇA SAÔNE !

Marie-Claire BONNET-VALLET,
Présidente du comité de rivière Saône

 

Landry LEONARD,
Président de l’EPTB Saône & Doubs

 

François ROLLIN,
Directeur de la délégation de Besançon de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse

Les grands enjeux du changement climatique dans le bassin de la Saône

En prenant en compte l’ensemble de l’axe Saône de l’amont à l’aval, nous identifions 
4 grandes thématiques d’enjeux liés au changement climatique dans le bassin de la Saône…

La quantité d’eau

Inondabilité des zones humides d’un côté lié à l’intensification des orages mais aussi sécheresse et diminution de la ressource en eau dans d’autres zones liées au manque de précipitations. Nous ne sommes pas tous égaux face à la Saône, ni dans l’espace, ni dans le temps

La qualité de l’eau

Diffuse et ponctuelle de la Saône qui alimente pourtant plus d’un million de personnes en eau potable et sert de réserve d’eau pour de nombreuses industries et exploitations agricoles.

La gestion des ressources naturelles et patrimoniales

Menaces de disparition des habitats naturels (disparition des prairies, zones humides, bras morts…) et d’espèces remarquables ou d’intérêt communautaire (Râle des Genêts, Courlis cendré, Fritillaire pintade, brochet, lote, truite…) ou encore la prolifération des espèces exotiques envahissantes.

Le développement et l’aménagement du territoire

En lien avec les nombreuses activités économiques : industries, transports, navigation, activités agricoles, tourisme, activités sportives culturelles et sociales. La Saône constitue une opportunité considérable pour de nombreux secteurs d’activité dans son bassin.

Quelques chiffres clés

passages de bateaux

C’’est le nombre de passages de bateaux de tourisme par an.

HABITANTS

C’est le nombre d’habitants dans le bassin de la Saône, dont  115 000 en zone inondable.

%

ASSÈCHEMENT

c’est l’assèchement moyen annuel des sols.

de personnes

Sont approvisionnées en eau potable par la Saône.

d’euros

C’est le coût moyen annuel des dégâts liés aux inondations sur la partie aval de l’axe de la Saône.

%

des prairies

des prairies, soit près de 20 000 ha ont disparu au profit des zones de cultures et de maraîchage entre 1975 et 1990.

Degrés

C’est l’augmentation moyenne de la température de la Saône selon les régions depuis les années 1970.

%

des prélèvements d'eau

C’est la part des prélèvements d’eau qui concerne l’irrigation en Bourgogne-Franche-Comté contre 18 % au niveau national !

Les 3 objectifs de Ça Saône

Informer et interpeller

les acteurs politiques sur les enjeux liés aux changements climatiques dans le Val de Saône.

Initier une vision politique

à 15-20 ans pour l’avenir de la vallée de la Saône.

Sensibiliser et mobiliser

le plus grand nombre autour des enjeux actuels et futurs liés au changement
climatique en initiant une démarche transversale.

LA CAMPAGNE « ça Saône » en 2021 et 2022…

01

Un travail préparatoire au sein de 4 comités thématiques 

En novembre et décembre 2021, 4 comités thématiques ont été organisés. Composés d’élus, d’acteurs institutionnels, d’acteurs économiques et associatifs et de chercheurs, ces comités visaient à partager les connaissances et enjeux de chacun, définir un constat partagé de la situation actuelle, et réfléchir aux grands objectifs de demain pour la vallée de la Saône face au changement climatique.

Bilan
– 63 participants aux 8 comités thématiques, dont 33 élus ;
– 574 réponses et idées reçues lors des ateliers des comités thématiques.

02

La publication d’une tribune cosignée par un collectif d’élus de tous bords

Une synthèse du constat établi au sein des comités thématiques a été publiée dans une tribune cosignée par un collectif d’élus : maires, conseillers régionaux et départementaux de tous bords mais aussi par des chercheurs, acteurs associatifs et économiques. Cette tribune a marqué le lancement public de la campagne Ça Saône, visant à mobiliser l’ensemble des acteurs du territoire, tout en informant les citoyens sur les enjeux liés au changement climatique dans le Val de Saône.

Bilan
– 54 cosignataires de la Tribune ;
– Une tribule publiée dans le JSL et Le Bien Public.

03

Un événement de lancement le 3 février 2022

Organisé le 3 février 2022, cet événement a réuni un maximum d’élus, chercheurs, acteurs associatifs et économiques afin d’initier une réflexion commune sur la base des travaux des comités thématiques. Cet événement avait alors pour ambition d’initier une vision politique sur les 15 à 20 prochaines années pour l’aménagement du bassin de la Saône par le biais d’échanges entre les élus, pour leur permettre de découvrir, s’approprier et enrichir les objectifs élaborés pour protéger le bassin de la Saône et son économie.

Bilan
– 534 inscrits à l’événement ;
– 387 participants à l’événement sur le site ca-saone.fr le 3 février 2022 ;
– 746 messages dans la discussion en ligne le jour de l’événement.

04

La parution d’un livre blanc

Afin de documenter notre démarche et surtout de lui permettre de vivre à posteriori de l’événement de lancement, les objectifs discutés lors de ce dernier seront regroupés dans un livre blanc. Véritable outil au service des élus et des collectivités, ce livre blanc à vocation à s’enrichir dans le temps grâce aux actualités et outils collaboratifs mis en place sur ca-saone.fr.

La suite très prochainement… 😉

...

Ça Saône en quelques chiffres…
[ 11.2021 > 03.2022 ]

  • 1 événement de lancement,
  • 39 intervenants, plus de 500 participants,
  • 9 partenaires,
  • 42 élus cosignataires de la tribune,
  • 615 réponses à l’enquête,
  • 4 comités thématiques qui ont réuni 38 élus de l’ensemble du Val de Saône,
  • 4 notes d’enjeux,
  • Plus de 6 000 visiteurs sur ca-saone.fr,
  • 12 sons de la Saône à retrouver dans une playlist,
  • plus de 194 000 personnes sensibilisées sur les réseaux sociaux,
  • 5 médias partenaires,
  • plus de 20 articles dans la Presse,
  • plus de 50 articles sur le Val de Saône réunis sur ca-saone.fr,
  • près de 20 interviews d’acteurs du Val de Saône…

 

La campagne « ça Saône » est portée par
le comité de rivière Saône
et l’EPTB Saône & Doubs

Le Comité de rivière du Contrat Saône est une instance chargée du pilotage, de l’élaboration et du suivi du « Contrat de rivière Saône – corridor alluvial et territoires associés » sur les départements de l’Ain, de la Côte-d’Or, du Jura, de la Haute-Marne, du Rhône, de la Haute-Saône, de la Saône-et-Loire et des Vosges.

Régit par un arrêté préfectoral et composé de 3 collèges (« collectivités territoriales et EPCI », « représentant des usagers » et « état et établissements publics de l’état »), le Comité de rivière assure un suivi des opérations effectuées dans le cadre du Contrat. Le secrétariat administratif et technique du Comité de rivière est assuré par l’Etablissement Public Territorial de Bassin (EPTB) Saône et Doubs.

Depuis 1991, l’EPTB Saône et Doubs initie et coordonne les politiques publiques de l’eau, en s’attachant à être le garant de la cohérence des interventions sur le bassin versant de la Saône. Il est une structure d’assistance technique et administrative (études, conduite de projets, élaboration de programmes, montage des plans de financement…) auprès des collectivités et des maîtres d’ouvrage.

L’Établissement intervient sur 2 000 communes du bassin versant, sur les thématiques de prévention des inondations, de protection de la ressource en eau, de restauration des milieux aquatiques, de préservation de la biodiversité, de sensibilisation et de formation.

En savoir Plus sur l’EPTB